la Muse rouge


 "Nos chansons" parue dans la Muse rouge

 Eugène Bizeau est un poète et chansonnier anarchiste français.
Issue d'une famille de vignerons socialistes et anticléricaux, il découvre très tôt les idées libertaires. Abonné dès 14 ans à la presse anarchiste, c'est tout naturellement qu'il y donnera ses premiers poèmes, qui seront publiés dans le journal "l'anarchie" fondé par Libertad.
Sa poésie sociale et révolutionnaire fera les beaux jours des chansonniers de "La Muse Rouge". En 1914, Eugène est réformé pour "faiblesse de constitution", il n'en poursuivra pas moins sa dénonciation du militarisme, rusant avec la censure et collaborant à la presse anarchiste dont "La Mêlée".
En 1929 puis 1934 ses poèmes sont mis en musique et enregistrés, ils passeront même, durant la révolution espagnole, sur les ondes de Radio Barcelone. 

Le 13 mai 1885, naissance de Clovis POIRIER (CLOVYS de son nom d'artiste), à Paris.
Chanteur (auteur, compositeur, interprète) anarchiste et pacifiste.
Fils d'un cuisinier devenu marchand de vin, il devient ouvrier peintre et s'intéresse très jeune à la chanson sociale. Devenu anarchiste vers ses 25 ans, il ne cessera plus, durant près d'un demi-siècle, de consacrer son talent à la propagande par la chanson. Après avoir interprèté les morceaux de ses aînés : Pottier, Rictus, Couté, il chantera son propre répertoire qui deviendra très populaire. Exempté en 1914, il ne sera pas mobilisé, mais tentera malgré la censure de faire vivre à travers ses chansons l'idéal pacifiste. De 1917 à 1926, il dirigera et animera "La Muse Rouge" société chantante composée de poètes et de chansonniers révolutionnaires. A la mort de Sébastien Faure (14 juillet 1942), il lui dédie quelques sonnets d'adieu. Extrait:

"Par delà ton sépulcre, une vie enrichie
D'amour universel et d'infini savoir
Unit l'homme à l'humain, dans l'ordre et l'anarchie."

Après une active collaboration à la presse libertaire, il participe encore, le 14 mars 1953, à un gala de soutien au bénéfice du journal de Louis Louvet "Contre-courant". Mais il est alors dans le dénuement, un comité d'entr'aide publiera une plaquette de ses meilleurs poèmes et chansons et organisera un gala en sa faveur en février 1955, mais il ne se rétablit pas et meurt à l'hôpital le 25 avril 1955.

" Les jours de manifestations
Nous avons un peu plus d'ouvrage
Mais contre un'foul' sans munitions
Je sais me battre avec courage;
Parfois en rev'nant triomphant,
Sur mon sabre j'essuie un'tache
De sang d'un'femme ou d'un enfant...
J'suis vache! "

Couplet de "Je suis Vache" , réquisistoire contre la police.


Ci-dessous brochure de la Muse rouge parue en 1927


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire